Les tours résidentielles de « Droixhe »

La FIP (Filiale Immobilière Publique de Liège) a lancé en décembre 2013 un marché public portant sur le désamiantage et la démolition des trois immeubles à appartements restants de « Droixhe », un quartier de logements sociaux situé sur la rive droite de la Meuse, à Liège.

En 2011 et 2012, les départements de désamiantage du Group Renotec avaient déjà acquis une expérience considérable lors de l’assainissement de deux bâtiments semblables situés dans le même quartier. Durant la phase d’adjudication, un contrat d’association momentanée avait été conclu avec Castagnetti, un entrepreneur en démolition bien connu dans la région de Liège.

Les deux parties ont mis à profit tout leur savoir-faire afin de soumettre une proposition compétitive et à la pointe de la technologie. C’est donc sans surprise qu’elles ont remporté le marché.

Les trois immeubles à appartements sont pour ainsi dire identiques. Entièrement composée de béton, chaque tour abrite environ 130 appartements répartis sur 22 étages.

Après l’adjudication du marché en avril dernier, notre partenaire a presque immédiatement entamé les travaux de décontamination et l’évacuation des détritus qui s’étaient amassés dans les bâtiments vides pendant plusieurs années. Durant cette période, Renotec et Areno ont déployé des efforts considérables afin de parfaire le planning et la méthode de travail et d’investir dans les machines adéquates, mais aussi de régler toutes les formalités administratives nécessaires à l’obtention du permis d’environnement exigé par la Région wallonne. Les travaux de désamiantage du premier bâtiment ont donc pu débuter juste après le congé du bâtiment de 2014.

Une série d’éléments en amiante devaient être éliminés avant de pouvoir entamer la démolition proprement dite. Il s’agissait plus précisément d’une couche de colle bitumeuse noire amiantée ayant servi à encoller des dalles de vinyle sur la chape (± 10 000 m² par bâtiment), mais aussi de panneau-sandwichs renfermant de l’amiante-ciment brun au niveau des encadrements de fenêtre et des façades avant et arrière (± 2 500 m² par bâtiment).

La colle a été enlevée au moyen d’une ponceuse diamant avec aspiration directe dans des zones hermétiquement fermées comprenant à chaque fois 3 étages, tandis que les panneaux-sandwichs ont été retirés par simple démontage.

Fin septembre, le premier bâtiment était prêt à être démoli. Les travaux du deuxième immeuble ont été entamés à la même époque. La troisième tour et un plus petit bâtiment du quartier devaient quant à eux être désamiantés pour janvier 2015. Les équipes de désamiantage de Renotec et Areno ont pour ce faire travaillé en étroite collaboration, et ce, pas uniquement en termes de personnel, mais aussi en ce qui concerne la gestion de projet et les machines.

Pour réaliser ce projet, Areno-Renotec disposait d’un budget d’environ 1,1 million d’euros. Par ailleurs, 1,2 million d’euros supplémentaires avaient été débloqués afin de financer les travaux de démantèlement et la démolition proprement dite.